Principes directeurs

Les sept principes de base des initiatives de Transition

    1. Vision positive — Les initiatives de Transition s’engagent à créer une vision tangible, claire et concrète de leur territoire au-delà de sa dépendance actuelle aux combustibles fossiles. Leur objectif principal n’est pas d’aller contre les choses, mais d’engendrer des possibilités et des occasions positives favorisant l’autonomie. L’élaboration de nouvelles histoires et de nouveaux mythes est au centre de ce travail de visualisation
    2. Fournir aux gens une information de qualité et croire en leur capacité de faire les bons choix — Tous les aspects du travail des initiatives de Transition comportent un élément de prise de conscience du pic pétrolier, des changements climatiques et des enjeux qui en découlent, dont notamment la croissance économique. L’information est présentée de manière accessible, articulée, ludique et engageante afin de favoriser l’enthousiasme et le savoir-faire plutôt que de promouvoir un sentiment d’impuissance. Lorsque les renseignements disponibles sont profondément contradictoires, les initiatives de Transition donnent la version des faits la plus proche de la réalité connue. Leurs messages sont non directifs et respectent les capacités de chacun de réagir selon leur situation personnelle.
    3. Inclusion et ouverture — Pour réussir, les initiatives de Transition doivent rassembler tous les éléments de la société. Leurs prises de décision et leurs groupes de travail sont ouverts et inclusifs. L’objectif est de rejoindre l’ensemble de la collectivité et donc de s’efforcer dès le début de mettre à contribution le milieu des affaires, les groupes communautaires ainsi que les autorités locales. Selon ce principe, la mentalité du « eux vs nous » n’a pas sa place dans le contexte de la descente énergétique.
    4. Favoriser le partage et le réseautage — Afin de mettre en place un ensemble collectif d’expérience, les initiatives de Transition partagent, à tous les échelons du réseau, leurs succès, leurs échecs, leurs nouvelles perspectives et leurs contacts.
    5. Bâtir la résilience — Ce principe souligne l’importance fondamentale d’accroître la capacité des entreprises, des communautés et des collectivités de retrouver leur équilibre après une perturbation. Les initiatives de Transition favorisent une plus grande résilience dans plusieurs domaines (alimentation, économie, énergie, etc.) et à plusieurs échelles (locale, régionale, nationale), selon ce qui est indiqué pour leur localité. Elles intègrent leurs actions dans le contexte des activités globales visant à assurer la résilience environnementale.
    6. Transition intérieure et extérieure — Les défis auxquels nous sommes confrontés ne résultent pas uniquement d’une erreur dans nos technologies, mais aussi de notre façon de voir le monde et de notre système de croyances. Apprendre dans quel état se trouve réellement la planète peut effrayer et démoraliser et ainsi mener à la dénégation que plusieurs connaissent. Certains modèles psychologiques, comme les modèles de traitement des dépendances et de changement de comportement, peuvent nous aider à comprendre ce qui se passe vraiment et à éviter que des processus inconscients sabotent le changement. Ce principe honore aussi le fait que la transition se développe parce qu’elle permet aux gens de faire ce qui les passionne, ce qu’ils se sentent appelés à faire, et qu’elle leur fournit un appui dans ce processus.
    7. Subsidiarité : auto organisation et pouvoir décisionnel passé au bon échelon — Ce dernier principe concrétise l’idée que le modèle de transition ne centralise ni ne contrôle la prise de décision, mais la laisse plutôt à l’échelon qui pourra l’effectuer de la façon la plus pratique et favorable à l’autonomie du groupe, ce qui reflète la capacité des systèmes naturels de s’auto-organiser.

Guiding_principles

Save

Save

Save

Save

Save

%d bloggers like this: